Accueil > Société > Santé > Système de santé : nos propositions alternatives

Système de santé : nos propositions alternatives

mardi 13 novembre 2012
Par Christine CANALE, Pascal Dupas

Des droits :

1) Permettre l’accès à la santé par le développement du tiers payant, le remboursement total des frais médicaux (sécurité sociale + mutuelle) et arrêter les dépassements d’honoraires.

2) Développer les centres de santé publics, de proximité en secteur 1, en pratiquant le tiers payant. Rouvrir les services fermés sur critères purement financiers.

3) Répondre à l’autonomie par le développement de l’aide à domicile (structures associatives prestataires et services publics) des structures d’accueil adaptées (vieillissement, handicap) avec un financement via la sécurité sociale.

4) Redonner tout son sens à un grand service public de santé et d’action sociale avec interdiction en privé lucratif de développer des activités en matière de santé.

5) Revaloriser les pensions de retraite et handicap, les indemnités journalières, les pensions d’invalidité et supprimer les jours de carence.

6) Développer la prévention, l’éducation sanitaire, renforcer la médecine du travail et la médecine scolaire.

7) Développer la recherche publique et encadrer l’industrie du médicament.

Un système solidaire :

Pour répondre aux besoins, maintenant ainsi que pour les générations futures. Malade de son manque de recettes, une nouvelle dynamique de financement de la sécurité sociale, socle de la protection sociale est à engager.

LA CGT REAFFIRME LA PRIORITE à l’emploi, à la revalorisation des salaires, conditions pour pallier l’insuffisance de cotisations. La priorité à la cotisation sociale, clé de voûte du financement, c’est pourquoi la CGT appelle à la suppression des exonérations. En 2010, avec 91 niches fiscales, les entreprises ont bénéficié d’exonérations à hauteur de 66 milliards d’euros. C’est 15 % des recettes de la sécurité sociale.

LA CGT PROPOSE DE TRANSFORMER LA CSG QUI REPRÉSENTE 1/5e DES RECETTES DE LA SS, DE FOND EN COMBLE.
- En créant une contribution sur les revenus financiers des entreprises (actuellement exclus du calcul) à hauteur de la cotisation salariale.
- En gelant, puis en diminuant progressivement les taux sur les revenus des salariés, des retraités.
- En augmentant ceux sur les revenus financiers et du patrimoine.

C’est un changement complet du caractère de la CSG que la CGT met en débat !

La CGT conçoit aussi une nécessaire réforme fiscale. Opposée à une fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu.
- Elle revendique la progressivité de l’impôt sur le revenu.
- La modulation du taux d’imposition selon le comportement des entreprises, pour inciter à développer l’emploi de qualité, les investissements plutôt que les dividendes des actionnaires.