Accueil > Développement humain durable > Transports > Le fret ferroviaire en Rhône Alpes

Le fret ferroviaire en Rhône Alpes

mardi 27 septembre 2011
Par Jean-Raymond MURCIA, Photographie Olivier PERRIRAZ

Depuis 2003, les plans FRET SNCF, dont on connait le triste bilan, ont entraîné la fermeture de nombreuses gares marchandises, de triages, de voies ferrées et la suppression de milliers d’emplois.

Le gouvernement est engagContribution du ceser sur le fret ferroviaireé par l’objectif du Grenelle de l’Environnement, désormais force de loi, de réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre de 20% d’ici 2020 dans le secteur des transports (soit le retour à la situation de 1990).

Or la politique des transports mise en œuvre, les choix de la SNCF en déclinaison, anéantissent cet engagement.

Ces dernières décennies, l’évolution économique de la France caractérisée par le recul des industries lourdes et la faible densité d’implantation industrielle dans de nombreuses régions, ont favorisé le mode routier bien adapté à la demande d’envois fréquents, de taille réduite, vers des destinations diversifiées.

Le transport est un ensemble complexe logistique de l’expéditeur au destinataire final. L’intervention publique doit inciter les chargeurs et les industriels à réfléchir en commun à leurs transports.

Elle doit s’appuyer sur une volonté forte en matière d’infrastructures et un concept de logistique territoriale associé à un système de production performant irrigant le territoire. La production ferroviaire nécessite donc de traiter le drainage des territoires et leur mise en réseau par un système d’acheminement massif entre les différentes régions françaises et européennes.

Le premier l’objectif que nous devons atteindre est « l’augmentation de la part modale du fer en créant un produit lotissement attractif entre grands centres économiques locaux , régionaux, nationaux et européens afin d’apporter une juste réponse aux attentes fondamentales des clients en matière de fiabilité et d’information ».

Le deuxième objectif est l’organisation de proximité regroupant des gares, des points de desserte et des installations terminales embranchées d’une même zone géographique.

Le troisième objectif est l’organisation d’un réseau de points d’échanges munis d’équipements modernes soit connectés au réseau de l’alliance XRAIL, reliés par des trains massifs réguliers et cadencés. Ce projet a été lancé par la SNCF en 2007, sous l’égide de l’Union Internationale des de Chemins fer, et dont l’alliance a été signée le 19 février 2010 par sept entreprises ferroviaires européennes mais sans la SNCF

Pour redonner sa place au fret, la Cgt se satisfait que l’avis de notre CESR prenne en compte l’organisation d’un vrai débat public sur l’avenir du fret. La Cgt y défendra sa conception du fret ferriviaire, rappelée dans sa déclaration au Ceser, en cohérence des revendications de la Cgt sur le transport.


Voir en ligne : Pour plus d’info : dossier sur le fret de la fédération des cheminots