Accueil > Développement humain durable > Politique industrielle > Pour un changement radical de logiques dans la sous-traitance

Pour un changement radical de logiques dans la sous-traitance

vendredi 18 février 2011
Par Bruno BOUVIER, Jean CHAMBON

Avec les Etats Généraux de l’Industrie, la Cgt met l’accent sur la sous-traitance qui est une question majeure pour l’existence et le développement des filières industrielles présentes en Rhône-Alpes. Celle-ci est, en effet, la 1ère région française de sous-traitance industrielle.

La sous-traitance est présente dans l’ensemble des activités, dans les services, les entreprises publiques, le secteur financier, la recherche aussi bien que dans le secteur industriel. Bien qu’elle soit répartie sur tout le territoire régional, 5 départements concentrent l’essentiel des établissements : La Haute-Savoie (18% des établissements), le Rhône (23%), l’Isère (17%), l’Ain (15%) et la Loire (15%).

Depuis 25 ans, les stratégies des donneurs d’ordres ont conduit à une externalisation outrancière parfois irrationnelle des activités industrielles et de services. L’entreprise intégrée constituée d’un ensemble d’activités imbriquées sur un même site ou au sein d’une même unité économique est alors éclatée.

La sous-traitance est un atout pour les activités industrielles et l’ensemble de l’activité
économique régionale. Elle doit donc être préservée, protégée, valorisée car elle est un
élément pour une sortie de crise par le haut d’autant qu’en Rhône-Alpes, elle constitue le maillage des tissus économiques locaux sur lequel prennent appui de multiples activités, en particulier les services publics et les services aux entreprises.

La Cgt propose pour une véritable politique industrielle dans notre région :

    • revaloriser la place de l’homme et du social
    • revoir les conditions de la sous-traitance interne
    • approfondir la question de la taille critique des établissements
    • renforcer le dialogue social dans la sous-traitance
    • remettre à plat les pôles de compétitivité pour en faire des pôles de développement
    • responsabiliser les donneurs d’ordre dans leurs territoires d’implantation et dans leur filière