Accueil > Développement humain durable > Politique industrielle > 3 questions à Agnès Naton, secrétaire générale du comité régional Auvergne Rhône (...)

3 questions à Agnès Naton, secrétaire générale du comité régional Auvergne Rhône Alpes

jeudi 5 septembre 2019
Par Karine Guichard

Le comité régional participe à l’organisation d’un Forum Régional industrie « Réussir la transition industrielle » le 26 novembre 2019.
Nous avons interrogé Agnès sur cette initiative.

Question : D’où vient cette idée d’un forum régional industrie ?

Agnès Naton : Après plus de 20 mois de ténacité, l’intersyndicale régionale composée des 8 organisations syndicales : CGT, CFDT, CGC, CFTC, FO, FSU, Solidaires et UNSA, a enfin été reçue par le Président du Conseil Régional, Laurent Wauquiez.

Nous avons insisté sur la nécessité de repenser le rôle et la place des organisations syndicales à l’échelle régionale et des territoires, dans l’ensemble des instances, des lieux où les intérêts du monde du travail et des populations sont en jeu.

Il en est ainsi des enjeux travail-santé-emploi-formation professionnelle, industriels, d’aménagement du territoire, de transports et de mobilité, de services publics, d’écologie, de financement…

Au fil des rencontres, nous avons pu développer nos propositions sur le ferroviaire et le renouvellement de la convention TER, les comités de lignes, le Lyon-Turin, la réforme de l’apprentissage, la démocratie en territoires, l’aménagement du territoire, l’industrie…

Début 2019, contre toute-attente, Laurent Wauquiez propose à l’intersyndicale et aux « partenaires sociaux » d’organiser un Forum Régional Industrie et son évolution vers l’ « industrie du futur ».

Question : Comment se prépare-t-il ?

Agnès Naton : A l’exception de Solidaires, 7 Organisations syndicales salariées et trois patronales (MEDEF, CPME, U2P) décident de s’engager dans la préparation de cette initiative. Nous mettons en place un comité de pilotage et décidons de la date du 26 novembre pour la tenue du Forum. Il se déroulera dans les locaux du Conseil régional, mis à disposition gracieusement par ce dernier et qui intervient dans la préparation uniquement sur les questions de logistique.

Rappelons que l’engagement de la CGT Aura dans cette initiative du 26 novembre, s’inscrit dans la campagne confédérale intitulé " L’urgence d’une reconquête industrielle ", mais également dans les décisions de notre dernière Conférence Régionale AURA en 2018. En effet, en cohérence avec le plan de travail confédéral, nous avons décidé de prioriser l’industrie et les services publics dans nos projets revendicatifs, notre travailler ensemble en territoire : syndicats, professions, UL, UD et comité régional.

Question : Et ce Forum, en quoi est-il différent des autres ?

Agnès Naton : La CGT a poussé pour que le thème du Forum ne soit pas « l’industrie du futur » mais « la transition industrielle ». Le forum s’intitule ainsi « Réussir la transition industrielle ». Nous avons également milité pour que ce forum ne soit pas hors sol, une énième grand-messe durant laquelle ne s’exprimeraient que des experts agitant les sempiternelles études sur le déclin industriel et ses emplois, la sacro-sainte loi de la mondialisation et de la compétitivité.

Aussi, les objectifs suivants ont été retenus :
• Inviter le monde du travail à participer
• Favoriser la participation du plus grand nombre avec une animation à « hauteur des participants.es » avec l’organisation de mini ateliers. Nous voulons que la réalité du travail soit au cœur des débats, ainsi que les questionnements concrets sur les nouvelles technologies, leur impact sur le travail, son organisation, les compétences, l’emploi… Incarner les mutations, les transitions industrielles dans deux filières industrielles : automobile et santé, en situant l’enjeu de l’anticipation, du temps long, de la nécessaire implication des salarié.es et des syndicats sur les stratégies des entreprises, l’utilisation de l’argent public…
• Penser ce forum utile pour les mandaté.es, les directions d’entreprise, les acteurs du territoire, pour penser ensemble une stratégie industrielle qui remette au cœur le travail, l’humain, l’environnement, la réponse aux besoins, la démocratie et le développement durable du territoire
• Imaginer et construire des outils favorisant la démocratie au travail, une stratégie industrielle, des moyens pour y parvenir et l’engagement des acteurs concernés afin d’assurer son avenir et des territoires solidaires