Accueil > Développement humain durable > Transports > 3 questions sur le noeud ferroviaire lyonnais

3 questions sur le noeud ferroviaire lyonnais

jeudi 9 mai 2019
Par Karine Guichard

Pourquoi organiser un débat public dans la région ?

La gare de Part Dieu est actuellement saturée. L’essentiel du trafic ferroviaire, voyageurs ou fret, y transite. Cela pose plusieurs problèmes : un incident sur la gare et tout le trafic est perturbé, l’impossibilité de développer de nouvelles liaisons. La Scnf, soutenue par le Maire de Lyon, souhaite faire des travaux pour agrandir la gare pour répondre à ce problème. Comme le chantier évalué dépasse un montant plancher, un débat public doit obligatoirement se tenir. La commission nationale du débat public en est la garante.

Le caractère central de cette gare dans la circulation régionale des trains a conduit la commission à élargir le périmètre du débat au niveau régional, de Clermont à Chambéry, de Vienne à Ambérieu.

Pourquoi la Cgt s’investit dans ce débat ?

Plusieurs enjeux se retrouvent au centre de ce chantier :
-  Un enjeu environnemental et de santé publique, dans un contexte de réchauffement climatique, de pollution majeure de l’air dans la vallée du Rhône, le transport ferroviaire est une réponse pertinente aux besoins de déplacement, que ce soit pour le travail, les études ou les loisirs et surtout pour les marchandises. Il faut donc pouvoir améliorer les lignes actuelles et en ouvrir de nouvelles.

-  Un enjeu d’aménagement du territoire : le poids de la métropole, voire du quartier de la Part Dieu, entraine un déséquilibre de l’emploi avec une concentration des emplois administratifs au détriment des villes qui l’entourent. La réflexion doit se tenir au niveau régional en permettant des liaisons entre les territoires régionaux sans forcément passer par Lyon.

-  Un enjeu d’égalité : nous ne sommes pas égaux devant le transport, certains territoires sont totalement à l’écart, comme l’Ardèche qui n’a toujours pas de lignes voyageurs. De même le prix de l’immobilier, les déménagements des entreprises conduisent de plus en plus de travailleurs à faire des kilomètres pour aller travailler. Cela a des conséquences en matière d’accidents de trajet, de fatigues, de conditions et de travail.

Que porte la Cgt dans ce débat ?

Un travail de réflexion s’est engagé à partir des propositions du secteur cheminot Cgt de Lyon, en lien avec l’Ud du Rhône sur des propositions alternatives. D’une part, la liaison avec le futur CFAL (contournement ferroviaire de fret) doit permettre d’éviter la gare de la Part Dieu pour les marchandises. Elle doit également permettre un accès à la gare de Saint Exupéry, donc à l’aéroport et à la zone d’emploi qui l’entoure, pour les TER, alors que celle-ci pour l’instant n’est accessible que par TGV ou le Rhône express, un train tram à un prix exorbitant. Une liaison ferroviaire doit être réalisée entre la gare de Saint exupéry et Gorge de Loup , permettant une traversée de Lyon en train et des liaisons facilitées avec les autres gare de la ville. La Cgt propose aussi la réouverture de lignes voyageurs dont celle de l’Ardèche jusqu’à Lyon ou celle de Satonay-Trévoux par exemple.