Accueil > Développement humain durable > Transports > Lancement du débat public sur le noeud ferroviaire lyonnais

Lancement du débat public sur le noeud ferroviaire lyonnais

jeudi 18 avril 2019
Par Karine Guichard

La commission nationale des débats publics lance ce jeudi 11 avril 2019, le débat sur l’aménagement à long terme du nœud ferroviaire lyonnais. La Cgt s’en félicite et compte participer à cet exercice démocratique.

Dans un contexte où la France s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37 % d’ici 2020, engagement qui nous le savons déjà ne sera pas tenu, où les mobilisations sur le climat montrent l’implication de la population et de sa jeunesse mais aussi son inquiétude, le transport ferroviaire représente une solution écologique à la mobilité.

Pour la Cgt, concernant le nœud ferroviaire lyonnais et la gare de la Part-Dieu, plusieurs objectifs doivent être conciliés :

L’objectif prioritaire est d’éviter l’engorgement et la saturation de Lyon par des contournements (création de nouvelles dessertes et réouverture de lignes). En effet, la saturation de la gare de Part-Dieu s’explique prioritairement par l’organisation du réseau où les trafics sont concentrés. Limiter la réflexion à l’agglomération lyonnaise serait réducteur. Des lignes existent actuellement qui ne sont que peu utilisées : Givors Nîmes sur la rive droite du Rhône, Sathonay Trévoux ou Paray le Monial-Tassin par exemple qui ne nécessiteraient que des travaux d’aménagement. Un des points majeurs est la connexion du réseau TER à l’aéroport Saint-Exupéry, ce qui permettrait de dé-saturer la gare de Part-Dieu et un accès moins onéreux qu’avec le Rhône-Express, un autre est la création d’une ligne souterraine entre Gorge de Loup et Saint Exupéry.

Le deuxième objectif est un développement équilibré de la ville de Lyon lié à l’implantation des gares et de l’organisation du trafic. L’actuelle concentration des lignes sur la gare de Part-Dieu entraine parallèlement une concentration et une saturation des emplois sur le voisinage de la gare, les salariés et les entreprises priorisant la proximité immédiate. Nous proposons donc, d’organiser plus de dessertes à partir des autres gares, notamment Perrache, Jean Macé, Oullins et Vaise, ainsi que de créer deux nouvelles gares entre l’aéroport de Saint-Exupéry et la gare Part-Dieu connectées au réseau du SYTRAL (voir la proposition d’une ligne entre Saint-Exupéry et Gorge-de-Loup).