Accueil > Travail > Emploi/chômage > Le plan « décrocheurs » du Conseil Régional : encore un effet d’annonce

Le plan « décrocheurs » du Conseil Régional : encore un effet d’annonce

vendredi 29 septembre 2017
Par Karine Guichard

La région Auvergne Rhône Alpes annonce avec emphase un plan pour la jeunesse « insertion des jeunes pour l’emploi », il s’adresse aux jeunes ayant quitté l’école sans diplôme.

Dans notre société où les inégalités se creusent, où les sans qualifications sont souvent les laissés pour compte des entreprises, accompagner ces jeunes est un enjeu majeur. Ils sont 15 5OO par an à être dans cette situation.

Face à ce problème massif, quelle est la réponse du Conseil Régional ?

Une définition de la prévention du décrochage scolaire du 19ème siècle.

En effet, dans son raisonnement, l’exécutif régional considère que le jeune décroche parce qu’il est dans une formation qui ne correspond pas aux besoins de l’entreprise, donc ne débouche pas sur l’emploi. Il veut donc adapter l’offre de formation aux besoins de l’entreprise pour enrayer le décrochage. Pourtant de nombreux rapports très sérieux pointent une corrélation entre plusieurs facteurs plus importants comme la situation sociale, de santé, géographique, le niveau de revenu des parents, la difficulté scolaire, …Ce sont ces maux-là, qu’il faut oser combattre.

Une expérience de mise en emploi rapide auprès de 640 jeunes dans 10 départements pour aider les 15 500 ???

Comme souvent, aucune consultation n’a été menée avec les principaux protagonistes, à savoir les jeunes eux-mêmes, les professionnels de l’orientation, ainsi que les entreprises de proximité éventuellement partenaires. Quant aux résultats d’autres expériences et études, ils sont carrément ignorés. Et face à cela, l’exécutif régional fait un vœu très pieux de voir des entreprises subitement soucieuses de RSE embaucher purement et simplement au SMIC des jeunes sans qualification aucune … Une annonce et l’attente d’un miracle en résumé.

Ce dispositif est financé par 450 000 €, soit 700 € par jeune, on comprend alors l’absence d’ambition : Pas le moindre objectif d’insertion, d’embauche dans un emploi pérenne et de qualité, ni de dispositif de formation individualisée. Quant à l’objectif de « raccrochage » et d’obtention d’un diplôme professionnel ou autre, il est complètement absent.

Plutôt qu’un effet d’annonce, c’est d’une véritable politique en direction de la jeunesse et notamment les plus éloignés de l’emploi qu’il faudrait mener.