Accueil > Société > Education > Un « plan marshall » pour les lycées : ou comment dissimuler des budgets (...)

Un « plan marshall » pour les lycées : ou comment dissimuler des budgets stagnants pour des besoins grandissants ?

vendredi 29 septembre 2017
Par Karine Guichard

Nombre de lycées de notre région sont en mauvais état : un audit commandé par la Région le confirme, les lycéens et les personnels le constatent tous les jours.
Après le transfert par l’Etat au moment de la décentralisation en 2003, après des années d’absence d’investissement, les régions ont engagé des budgets importants qui ont été, durant deux mandats équivalents à celui qui est annoncé par M. Wauquiez.

A l’arrivée de la nouvelle majorité, toutes les opérations prévues lors du dernier plan d’investissement ont été gelées, ayant pour conséquence l’absence de travaux pendant près de deux ans malgré les sollicitations répétées des établissements concernés.

Comment ce plan « marshall », sans aucun moyen supplémentaire, pourra récupérer ce retard ? D’autant plus que, promesses électorales obliges, il faudra rajouter les dépenses nouvelles : équipements de sécurité (portiques et autres), les lycées privés, dans un contexte où la hausse du nombre de lycéens prévue dans les années qui viennent imposent la construction de nouveaux équipements ?

Sur la méthode ensuite, le plan a été élaboré par les services de la région et l’aide d’un cabinet d’audit, les principaux intéressés n’ont été ni consultés ni associés, les conseils d’administration des lycées écartés, de plus la Région refuse la communication publique de cet audit.

Dans le même temps, la région a supprimé en 2016, 894 postes d’agents titulaires dans les lycées, postes consacrés à l’entretien et la réparation « au fil de l’eau » des équipements, auxquels s’ajoutent la fin des contrats aidés. Cette situation ingérable conduit à des mouvements de protestations dans les lycées, comme au Lycée Auguste Bouvet de Romans sur Isère où les agents et les personnels de l’éducation nationale revendiquent le retour de 2 postes de titulaires et la compensation des 3 CAE supprimés.

Pour la Cgt, l’avenir des jeunes lycéens méritent mieux qu’un effet d’annonce. Notre région a besoin d’un vrai plan ambitieux d’investissement en construisant de nouveaux lycées pour faire face aux nouvelles arrivées et de rénovation priorisant les équipements pédagogiques, la qualité environnementale, le bien-être des lycéens et des personnels