Accueil > Le Comité Régional > Les conférences régionales > Première Conférence régionale commune Auvergne-Rhône Alpes les 8 et 9 (...) > 3 questions à Roger Gay, président de l’Institut d’histoire sociale Rhône (...)

3 questions à Roger Gay, président de l’Institut d’histoire sociale Rhône Alpes

mardi 29 novembre 2016
Par Karine Guichard

Pour préparer la première conférence régionale commune Auvergne-Rhône-Alpes des 8 et 9 décembre, plusieurs points de vue de militants du territoire sur le rôle et la place du comité régional....

Pour toi et ton activité, quelle est l’utilité de la CGT en région ?

Je crois que la dimension régionale doit être aujourd’hui déterminante, en fait elle s’inscrit dans un cheminement qui traverse toute l’histoire de la CGT.
Il faut savoir que les étapes de décentralisation de l’activité date des années 1950
Et c’est en 1961 que l’autonomie territoriale des Union départementales sera effective avec des régions assurant la coordination.
Aujourd’hui il est évident que la CGT en région doit avoir un rôle déterminant et que c’est très souvent régionalement que se dessinent les branches industrielles ou l’organisation des services.
Notre institut régional a mainte fois montré cette réalité ne serait-ce qu’au travers des luttes régionales.

Qu’attends-tu de la conférence régionale ?

La conférence régionale doit certes prendre des décisions organisationnelles mais je souhaite qu’elle insiste sur l’histoire du mouvement social sans qui nous ne pourrions pas aujourd’hui nourrir une réflexion et faire évoluer la CGT en tenant compte de la réalité et du vécu actuel.

Quelles devraient être les priorités pour toi de l’action CGT régionale ?

Il y a certes nombre de priorité liés aux questions économiques, sociales ou encore aux luttes…..mais il me semble important pour ne pas dire nécessaire que les responsables syndicaux à tous les niveaux (local, départemental, régional) prennent en compte et intègrent dans la démarche et en particulier au travers de la formation syndicale cette notion d’histoire.
Dans toutes les structures chaque secrétaire général doit se sentir responsable du développement de son IHS territorial.
En Rhône-Alpes nous avons cette pratique avec le secrétariat du Comité Régional.
Nous avons la chance d’avoir un IHS dans chaque département….il ne faut pas gâcher cette richesse