Accueil > Travail > Emploi/chômage > Mais que fait le conseil régional pour les demandeurs d’emploi (...)

Mais que fait le conseil régional pour les demandeurs d’emploi ?

vendredi 30 septembre 2016
Par Stéphane Bochard

Cette question, un grand nombre de privés d’emploi comme de professionnels de la formation de l’insertion et de l’emploi, se la pose actuellement

En effet, même si l’Etat a la compétence de l’emploi, le conseil régional, depuis les lois de décentralisation, s’occupe de la formation des demandeurs d’emploi.

Jusqu’en 2015, il consacrait 405 millions d’Euros dans son budget pour la formation des privés d’emploi : pour l’obtention d’une qualification, d’une certification, ou de premières connaissances de base pour accéder à un emploi qualifié. Ainsi, en 2015, 30 000 DE ont bénéficié d’une formation.

Mais depuis l’arrivée du nouvel exécutif régional en janvier 2016, le discours a changé. « Terminées les formations qui ne servent à rien. Fini l’assistanat » Le conseil régional financera seulement les formations qui débouchent sur un emploi mais de quel nature, mystère ?

Comme il est ambitieux en la matière, il revoit son budget à la baisse. Pendant que l’Etat augmente le budget consacré à la formation des Demandeurs d’Emploi le conseil régional réduit brutalement le sien au nom de l’efficacité. Conséquence immédiate, une désorganisation du financement qui se répercute sur les Demandeurs d’emploi et les organismes de formation.

En bref, on taille à la hache les dispositifs existants sans même demander l’avis des partenaires institutionnels, sans même regarder l’impact sur les personnes concernées : les demandeurs d’emploi. Au passage on veut faire passer l’idée que la formation doit être en adéquation avec les besoins en compétences de « l’offre d’emploi » de l’entreprise sans prendre en considération les besoins de la personne.

Pourtant la relation formation-emploi est beaucoup plus complexe que cela. Nous invitons les élus régionaux à lire cet excellent article paru en 2014 dans la revue alternatives économiques en cliquant sur le lien suivant.

Ils s’apercevraient alors de l’urgence de ne pas remettre en cause le programme compétences premières actuellement en cours et reconductible pour encore deux ans. (Il semblerait que rien ne soit prévu à la place pour l’instant) Car il serait fantasque, irresponsable de supprimer des formations élémentaires pour des personnes les plus éloignées de l’emploi et trop souvent sans qualifications.

Ils s‘apercevraient également de la nécessité de ne pas restreindre les places en formation aux seuls secteurs d’emploi non pourvus ou qui recrutent dans l’instant.

Ils s’apercevraient aussi, s’ils diffusaient au grand public les chiffres du nombre de formations réalisées, ceux du nombre de demandeurs d’emploi réinsérés à la suite de leur formation et enfin, ceux du budget dédié à leur nouveau plan régional de l’emploi, de l’urgence de changer de posture et de réellement prendre en compte les besoins des demandeurs d’emploi.

Cela nous éviterait d’avoir comme réponse à la question posée en tête d’article : Le nouvel exécutif régional fait des économies sur le dos des demandeurs d’emploi et de leur formation.


Voir en ligne : Les chiffres du chômage en Auvergne Rhône Alpes