Accueil > Société > Culture/Loisirs > Le cinéma et la médiation culturelle

Le cinéma et la médiation culturelle

mardi 13 octobre 2015
Par Catherine Beraud

Avis Cgt sur la contribution du Ceser "cinéma et médiation culturelle".

Le mot culture désigne ce qui est différent de la nature, c’est-à-dire ce qui est de l’ordre de l’acquis et non de l’inné. Jean Vilar nous a appris que la culture « est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin… ». Il nous apparaît donc que l’art y contribue et particulièrement le 7ème Art, le cinéma.

Le cinéma est à la fois un art populaire, un divertissement, une industrie et un mégie ou de recherche scientifique ou relever d’une pratique artistique personnelle edia. Il peut aussi être utilisé à des fins publicitaires, de propaeuvent imaginer leur devenir, peuvent donner à leurs rêves, à leurs désirs et à leurs idées, les formes et les logiques de la création. Elle est particulièrement pratiquée par les animateurs (associations, bénévoles, personnels…) des cinémas indépendants,gande, de pédagot singulière.
La médiation culturelle fonde, dans le passé, le présent et l’avenir, les langages par lesquels les individus peuvent penser leur vie sociale, p attachés au développement de leur structure.

C’est pourquoi, dès 1946, la CGT contribue largement à la création du Festival de Cannes et à sa première édition qui se déroule

Ainsi donc le cinéma est un vecteur de la médiation culturelle qui va permettre, par des rencontres et des débats, l’émancipation intellectuelle qui conduit à l’émancipation personnelle. après la guerre, du 20 septembre au 5 octobre, dans l’ancien casino de Cannes, mais l’année suivante le gouvernement refuse de financer un Festival annuel et le Palais des Festivals est construit dans la précipitation par le syndicat pour accueillir l’édition de 1947.

Puis elle poursuit l’engagement culturel au travers des comités d’entreprises. Les CE organisent des événements culturels, travaillent avec des réseaux indépendants afin que les salariés participent à des spectacles de toutes natures. La CGT dans les CE continue, dans la mesure du possible, à faciliter l’accès au cinéma.

Les salles se doivent d’accueillir les différents publics, jeunes, moins jeunes mais aussi salariés, cols blancs, cols bleus, sans emploi …. Pour cela une politique tarifaire doit être pratiquée et facilitée par différents intervenants. La Région Rhône Alpes n’a pas été en reste avec sa participation pour la transformation technique du numérique mais pour laquelle il faudra penser au remplacement du matériel devenu obsolète. L’ensemble des jeunes devrait bénéficier aussi du tarif pratiqué avec la carte M’RA pour les lycéens. Il faut noter que plusieurs établissements scolaires ouvrent la voie aux activités du cinéma, mais qu’ils ne sont pas toujours facilement accessibles.

Alors que des œuvres sont périodiquement vandalisées, que des maires d’extrême-droite n’hésitent pas à censurer des expressions artistiques et des politiques culturelles, une loi vient d’être adoptée à l’Assemblée Nationale qui stipule dans son 1er article « la création artistique est libre » et dans son article 2 que doit être garantie « la liberté de diffusion artistique ».

Même si, bien sûr, une loi ne suffit pas à tout régler, il est important que soit institutionnalisée cette liberté, à nos yeux fondamentale dans toute démocratie, et il est important que notre CESER ait travaillé sur un domaine artistique qui est porteur d’une grande diversité culturelle et bénéficie d’une large diffusion.

La culture, les œuvres de l’esprit ne sont pas une marchandise.