Accueil > Société > Aide à domicile > Salariés des services prestataires d’aide à domicile et de soins infirmiers à (...)

Salariés des services prestataires d’aide à domicile et de soins infirmiers à domicile : aide, accompagnement,soins, soutien à la personne, à la famille, à domicile.

lundi 4 mai 2015
Par Karine Guichard

Une ambition Cgt : être des salariés reconnus à part entière dans un statut unique ayant trait aux métiers de la santé et valorisés par des diplômes d’Etat

C’est un secteur d’activité qui bat tous les records de travailleurs pauvres, essentiellement féminin, à temps partiel imposé. Cette situation est provoquée en partie par la non reconnaissance des qualifications et du travail effectif.

L’évolution actuelle impose de cesser de considérer la profession comme une simple succession d’actes ménagers à réaliser. Ce sont de véritables métiers d’acompagnement de la personne.

« Avec des conditions de travail difficiles et une pénibilité accrue ».

La CGT revendique des garanties collectives améliorées pour l’ensemble des salariés du champ professionnel au travers d’un statut et d’une convention unique et étendue. Ce statut intégrerait celui du grand service public de santé, d’action sociale et d’accueil de la personne âgée revendiqué par notre organisation.

Enfin, il est important de rappeler que ce secteur à vocation sanitaire et sociale est financé essentiellement par les deniers publics.

Toute intervention publique doit être objet de contractualisation à partir d’indicateurs économiques, sociaux, environnementaux, d’évaluation, et doit donc passer par un grand service public de la personne âgée intégré au service public de la santé :
➤ avec droits et garanties pour les salariés
➤ avec droits à un service de qualité pour les usagers
➤ avec droits syndicaux élargis aux syndicats, aux syndiqués et aux représentants du personnel
➤ la mise en place d’instances représentatives du personnel nécessite la reconnaissance d’Unions Economiques et Sociales des microstructures des réseaux (ADMR) et plus largement la Fédération de toutes les microstructures autonomes.

Dans les faits :
➤ De la structuration de l’offre dépendra pour beaucoup le statut des salariés, ce qui nécessite de sortir du système de salarié mandataire au profit d’un cadre plus collectif : le mode prestataire.
➤ Et de mettre un terme à toutes les formes de précarité salariale, d’emplois à temps partiels subis qui emmènent au cumul des statuts différents : gré à gré, mandataire, prestataire, avec :
➝ une revalorisation du SMIC à 1700 euros brut par mois pour les salariés n’ayant aucune qualification ;
➝ la revalorisation de toutes les grilles catégorielles ;
➝ une progression de carrière avec doublement du salaire d’embauche du début à la fin de carrière (hors action de formation et promotion particulière) ;
➝ de véritables contrats de travail : CDI mensualisé ou titulaires de la fonction publique ;
➝ l’accès à la retraite à taux plein dès 55 ans ;
➝ le droit à la protection de la santé physique et psychique avec la prise en charge des matériels de protection par les employeurs : blouses, masques, chaussures, l’accès à la médecine du travail pour toutes, création de CHSCT spécifiques ;
➝ la mise en place d’un encadrement de proximité pour coordonner le travail entre les différents acteurs.

Le statut unique permet d’engager une véritable professionnalisation du secteur

➝ C’est à travers cette disposition que nous considérons que l’intervention à domicile soit reconnue comme une activité pluridisciplinaire. Les actes dispensés, pour un grand nombre d’entre eux, n’ont pas à être subdivisés.
➝ Les actes d’aide, d’accompagnements psychologiques et sociaux, tout comme les actes ménagers font partie à part entière du métier. Ces éléments d’intervention doivent être pris en compte dans la formation et la qualification. Cette approche impose le retour du travail en équipe avec des réunions de coordination, d’organisation et d’analyse de la pratique. Temps inclus et considérés comme temps de travail effectif.

➝ Exemple : un temps plein de 35 heures aujourd’hui
= 25 heures d’intervention en direct et 10 heures de déplacement et de ces réunions institutionnelles et partenariales.
➝ Le temps de trajet s’entend du départ du domicile au premier patient ou journée et du dernier patient au domicile.
➝ La continuité et la transversalité des métiers, des compétences doit viser la création de passerelles entre les différents secteurs (transférabilité domicile/ établissement) en vue de promotion et/ou reconversion comme définis dans le statut du service public.

Dans l’objectif d’un secteur à vocation d’insertion, il est nécessaire d’en assurer la qualité avec :
➝ La mise en place d’une fonction de tutorat (formation, temps, financement) pour l’accueil et l’accompagnement des publics en insertion professionnelle et sociale.
➝ L’accès à la formation professionnelle permanente et qualifiante pour toutes, au service de la promotion sociale interne et externe.